≡ Menu

Souffrez-vous de cyberdépendance, un trouble qui nous guette?

En Amérique du Nord, plus de 80 % de la population utilise l’Internet de façon régulière. Cet outil fait tellement partie de notre vie, que de plus en plus de personnes développent des pathologies parce qu’ils sont accrocs à ce mode de communication. Il faut dire que la cyberdépendance, comme toutes les formes de dépendance, se manifeste par le besoin incontrôlable et insatiable d’utiliser l’Internet. Un peu comme les joueurs compulsifs où le jeu occupe une partie sans cesse croissante de leur temps, la navigation sur Internet peut envahir votre esprit, et vous faire oublier tout le reste. L’obsession pour l’Internet captive l’internaute pendant des heures et l’empêche de vaquer à ses occupations quotidiennes.

Les types de cyberdépendance

Les experts ont divisé les types de dépendance à l’internet en 5 catégories:

  • Relationnelle (vos réseaux sociaux en ligne remplacent les rencontres en amis)
  • Compulsive (paris en ligne, encans, transaction en bourse et sites de ventes)
  • À l’information (recherche compulsive de données et navigation obsessive)
  • À l’ordinateur (jeux obsessifs ou à la programmation à excès)
  • Sexuelle (au clavardage entre adultes et consommation de pornographie)

Les signes avant-coureurs

Sans être une encore considéré comme une maladie, la cyberdépendance peut devenir très handicapante. Essayez de répondre à ces questions simples pour évaluer votre propension à ce mal :

  • Êtes-vous souvent ou constamment préoccupé par l’Internet. Pensez-vous à votre navigation passée ou êtes-vous préoccupé par votre prochaine session en ligne?
  • Vous sentez-vous fatigué, irritable, de mauvaise humeur ou déprimé lorsque vous tentez de diminuer ou de cesser l’usage de l’Internet?
  • Demeurez-vous sur l’Internet plus longtemps que prévu?
  • L’Internet vous empêche-t-il d’accomplir vos tâches quotidiennes comme dormir, manger ou même négliger votre hygiène?

Les effets de la cyberdépendance

Celle-ci entraîne plusieurs conséquences concrètes telles que:

  • La prédominance : La navigation sur Internet occupe une place prédominante dans votre vie, souvent au détriment d’activités ou de relations réelles avec vos amis.
  • L’impact sur votre humeur : Vos sessions sur Internet vous procurent une impression d’apaisement ou d’engourdissement euphorique.
  • Le besoin croissant : Vous avez besoin d’augmenter la quantité de temps consacré à la navigation pour obtenir les mêmes effets. Vous passez plus de temps en ligne, ou vous investissez des montants d’argent de plus en plus élevés pour les paris…
  • Des symptômes de manque : Vous ressentez une sensation de sevrage lorsque vous diminuer ou cesser la fréquence ou la durée d’utilisation. Vous pouvez alors éprouver un sentiment de vide intérieur et d’irritabilité.
  • Générateur de conflits : Des incidents reliés à votre temps passé en ligne se produisent en milieu de travail, dans votre réseau d’amis, la vie familiale et l’individu. Vous allez jusqu’à mentir à ses proches à propos de son utilisation d’Internet. On vous reproche de plus en plus votre dépendance à vos appareils (téléphone, tablette, ordinateur).
  • Les rechutes : Malgré des efforts répétés, vous ne réussissez pas à contrôler ou réduire le temps passé en ligne.

Grande consommation n’est pas toujours signe de dépendance

L’utilisation d’Internet, même fréquente, n’est pas nécessairement malsaine. Nous devons faire la distinction entre la passion obsessive et la passion harmonieuse. Vous pouvez choisir librement de naviguer sur Internet, le faire par plaisir, sans le valoriser à l’excès et n’engendrer aucun conflit avec les autres domaines de votre vie. Cette activité doit répondre à des besoins réels et procurer un sentiment de satisfaction, de réalisation de soi ou de bien-être durable. Si n’est pas le cas, vous avez sans doute développé une cyberdépendance. N’hésiter à demander de l’aide auprès des organismes qui s’occupent d’aider les victimes des autres types de dépendances.

Laisser un commentaire :