≡ Menu

Payer une transaction courante avec son téléphone cellulaire

Cette façon de payer existe depuis de nombreuses années dans plusieurs pays d’Europe. Ce mode de paiement est sécuritaire, rapide et surtout très pratique.

En fait, il s’agit simplement de pointer son cellulaire vers une borne de paiement et d’y effectuer un paiement comme s’il s’agissait d’une carte de crédit. Des frais sont payés par le marchand sur chaque transaction un peu comme pour une transaction effectuée par Interact ou par carte de crédit.

Cette technologie fonctionne avec le protocole NFC (Near Field Communication ou Communication en champ proche), que l’on utilise déjà sur plusieurs cartes de crédit à puce où vous n’avez qu’à approcher votre carte à quelques centimètres pour autoriser la transaction sans aucun NIP. La plupart des fabricants de téléphones multifonctions ont intégré la technologie NFC dans les fonctionnalités de leurs appareils sauf le fabricant Apple qui se fait tirer l’oreille avec son iPhone.

Alternative dans les pays d’Europe

Par contre en Europe, pour payer sa boisson préférée ou encore un journal dans une distributrice, vous n’avez qu’à entrer dans votre cellulaire le code apparaissant sur la distributrice et celle-ci vous rendra le produit demandé. Plusieurs de ces distributrices et même des marchands n’acceptent même plus l’argent comptant pour éviter de se faire voler ou se faire vandaliser par des cambrioleurs.

Desjardins depuis quelques mois

Depuis l’automne dernier, Desjardins offre le paiement par cellulaire pour des achats de moins de 50 $. Plusieurs autres institutions bancaires canadiennes se joignent lentement à cette tendance de plus en plus importante.

L’Amérique du Nord attaché à l’argent comptant

L’Amérique du Nord est traditionnellement plus lente à adopter de nouveaux modes de paiement. Prenons l’exemple des chèques qui existent encore chez nous, alors qu’ils ont été abandonnés dans plusieurs pays d’Europe depuis très longtemps. Il faut dire qu’en Europe de plus en plus de gouvernements se dirigent lentement mais sûrement vers l’abandon pur et simple de l’argent comptant. Pourquoi? Officiellement pour stopper les transactions criminelles et le blanchiment d’argent, mais en réalité, le but est d’endiguer l’évasion fiscale et forcer les consommateurs et entreprises à payer les taxes de vente. Aux États-Unis plus de 10 % des transactions se font encore en argent comptant alors que c’est moins de 3 % dans certains pays d’Europe.

Frustration et danger

La disparition lente de l’argent comptant est frustrante pour beaucoup de personnes âgées qui ne possèdent ni carte de crédit, de débit ou cellulaire. D’un autre côté, les vols de banque ont été remplacés par la cybercriminalité qui est en forte croissance due au gain en popularité de ces modes de paiement.

Encourager les achats impulsifs?

Les groupes de défense des droits des consommateurs prétendent que la technologie du paiement par cellulaire est simplement offerte au consommateur pour accélérer les transactions de quelques secondes afin d’augmenter le nombre d’achats impulsifs. Pour eux, il n’existe aucun avantage pour le consommateur, sauf un avantage fictif. Mais pour ma part, quand il fait moins 30 °C et que je dois payer mon achat d’essence à la pompe, j’adore ces quelques secondes qui me permettent de compléter ma transaction rapidement sans avoir à glisser ma carte bancaire et entrer mon NIP avec mes gants sur un clavier gelé.

Laisser un commentaire :