≡ Menu

Les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage d’internet

Pour écouter la chronique en Mp3

  Cet ancien employé de la National Security Agency des États-Unis a mis sa vie en danger afin de révéler au monde que toutes nos communications étaient écoutées. Pourtant promis à une brillante carrière au sein de l’administration américaine, Edward Snowden a délibérément volé des milliers de pages d’informations hautement confidentielles afin de révéler au monde les agissements nettement discutables de l’administration américaine et de ses alliés.

Ses motivations profondes

Considéré comme un génie de l’informatique et du contre-espionnage de l’internet, il a travaillé pour la CIA à Genève et dans plusieurs autres capitales mondiales, mais il a perdu lentement toutes ses illusions lorsqu’il a participé à plusieurs projets d’espionnage de la NSA. Dès 2012, à Washington il contacte anonymement deux journalistes en qui il a confiance, Laura Poitras et Glenn Greenwald. En mai 2013, Snowden qui est à ce moment basé à Hawaï, donne rendez-vous aux 2 journalistes à Hong-Kong. Suite à cette rencontre, le 5 juin 2013, un premier article est publié par Greenwald concernant les activités d’espionnage de la NSA portant sur l’espionnage massif des appels téléphoniques de la compagnie Verizon. Le lendemain 6 juin, Poitras publie un autre article dans le Washington Post décrivant en détail le programme de surveillance Prism, qui permet d’espionner sans mandat tous les appels téléphoniques, messages courriels et autres communications Internet de n’importe quel citoyen américain, sous condition qu’un des interlocuteurs n’est pas basé aux États-Unis.

Le chat sort finalement du sac

Suite à ces révélations-chocs, trois jours plus tard, le 9 juin 2013, Ed Snowden sort de l’ombre et révèle son identité. Il sait très bien que c’est la fin pour lui et que sa vie est maintenant en danger. Toujours terré à Hong-Kong, le 23 juin, il réussi à obtenir un billet pour Moscou, malgré l’annulation de son passeport par les EU. Après 40 jours à l’aéroport de Moscou, le 31 juillet 2013, il obtient l’asile en Russie pour une période de 1 an. Après ce délai écoulé, en août 2014, il reçoit la confirmation par le président Vladimir Poutine qu’il pourra demeurer en Russie jusqu’en 2017. Sa conjointe viendra finalement le rejoindre à l’été 2014. Dans une entrevue récent, Snowden réaffirme son opposition à la collecte massive de métadonnées, « puisqu’il n’y a aucune raison de poursuivre un programme non constitutionnel, qui affiche 0 % de taux de succès » et qui n’a pas contribué à déjouer « ne serait-ce qu’un seul projet d’attentat », même s’il précise que « l’espionnage n’est pas une mauvaise pratique en soi ».

Finalement la reconnaissance d’Al Gore

Le 10 juin 2014, l’ancien vice-président Al Gore indique qu’Edward Snowden a « rendu un important service aux EU», en « révélant le viol de lois importantes, dont des violations de la Constitution des États-Unis », ce qui est « bien plus sérieux que les crimes qu’il a commis ».

Laisser un commentaire :