≡ Menu

Démystifions le fil RSS et comment je peux m’en servir?

Lorsque vous naviguez sur le web, sur des sites de médias comme La Presse, Journal de Montréal ou Radio-Canada ou encore sur vos blogues préférés, vous voyez souvent un petit logo orange, avec des ondes circulaires blanches, en haut ou en bas de la page, accompagnée des mots RSS, suivi du nom du journaliste ou de la chronique ou encore du sujet. Si vous cliquez sur ce lien, tout dépendant de votre fureteur, on vous demandera alors où vous voulez lire ce flux RSS?

Pourquoi utiliser les RSS?

Mais avant d’aller trop loin dans la lecture du RSS, demandons-nous pourquoi existent les flux RSS. Les 3 lettres signifiaient à l’origine Rich Site Summary (un sommaire de sites riches en contenu), mais s’est déformée au fil du temps en Really Simple Syndication (une très simple façon de syndiquer du contenu). En fait, les premiers fils ou flux RSS sont apparus en 1995, dès l’apparition du premier fureteur Netscape. On désirait alors créer une façon de recevoir du contenu sélectionné, sans avoir à naviguer sur les sites en question.

Si par ex. je m’intéresse à tout ce qui touche l’astronomie, j’aurais alors la possibilité de recevoir tout le nouveau contenu mis en ligne à propos de l’astronomie, pour un site web donné, ou même pour tous les sites. Mais ce n’est qu’en 1999, que ce format a commencé à être populaire. Mais pour relever ce défi auprès des internautes en général, il était important de créer une plateforme où nous pourrions recevoir toutes les nouvelles qui nous intéressaient. Il y a des maniaques (comme moi) qui sont abonnés à plusieurs centaines de fils RSS, mais qui ne souhaitent pas recevoir des centaines d’articles dans leur boîte de courriel chaque jour.

La naissance des agrégateurs

Alors est apparu l’agrégateur RSS, qui est en fait une sorte de postier qui trouve le courrier sur les sites préférés, puis le dépose chez l’abonnée, évitant à celui-ci d’avoir à visiter chaque jour ses nombreux sites web préférés. Un peu comme un logiciel de messagerie électronique presqu’en temps réel, cet agrégateur vous permets de lire les messages reçus dans votre « fil » de syndication (ou d’abonnement).

Quels sont les agrégateurs les plus populaires?

Pour ma part, dès 2005, j’ai utilisé les agrégateurs de Yahoo et celui de Netvibes, un service de France. Mais il en existe des dizaines d’autres. Aujourd’hui, j’utilise ceux de Google avec Google Reader qui me permet de recevoir aussi par courriel les fils qui sont pour moi les plus importants. On peut alors effectuer une vigie en temps réel sur le nom de son entreprise, sur sa ville, ses amis et même sur son propre nom.

Google Actualités

J’utilise aussi le service de Google News qui me permet de bâtir mon journal personnel chaque matin. Disons que mes intérêts sont le jardinage, le curling, Mitt Romney et les films de Woody Allen. Je peux grâce aux fils RSS de Google News bâtir mon propre journal que je lis chaque matin, mais qui regroupe seulement les articles sur mes sujets d’intérêt, en provenance d’Europe, des États-Unis, du Canada et du Québec. Les limites de ce lecteur de flux sont infinies grâce aux fils RSS.

Mauvaises nouvelles au royaume du RSS

Une rumeur court depuis quelques semaines que Google, le géant de la recherche mondiale, désirerait abandonner les fils RSS à moyen terme. Plusieurs signes avant-coureurs ont sonné la cloche des analystes Web. Quelles sont les intentions du géant californien, nul ne le sait. Veulent-ils créer leur propre standard afin de faire payer les médias qui sont très dépendants de cet outil pour leur survie ? Rien ne m’étonnerait de la part de nos amis omnipotents de Silicon Valley. L’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire :