≡ Menu

À quoi peut réellement servir la monnaie virtuelle Bitcoin?

On entend parler de celle-ci comme la monnaie de l’avenir. Mais peut-on vraiment s’y fier? Et à qui profite-t-elle vraiment? Et si c’était une gigantesque arnaque? Sans vouloir vous perdre dans des considérations financières ou économiques, je pourrais vulgariser ce nouveau mode de paiement en la définissant comme une monnaie virtuelle de pair à pair.

Le nom Bitcoin vient de l’anglais « bit » qui signifie « Unité d’information binaire » en informatique et « coin » qui peut se traduire par « pièce de monnaie ». Donc en gros, si vous vendez des produits en ligne, sur plusieurs sites vous pouvez obtenir votre prix payé en Bitcoins et vous pouvez en retour acheter d’autres produits en utilisant l’argent accumulé dans votre compte de banque virtuelle prétendument crypté et sécuritaire.

Mis en ligne en 2009 par un développeur secret qui utilise le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, le système décentralise la gestion de la monnaie avec des procédés cryptographiques et un protocole spécifique, et ne dépend pas de l’intégrité ou de la compétence d’un émetteur central, comme la Banque du Canada ou la Federal Reserve (connu sous le nom de la FED).

Très volatile

Variation valeur bitcoin

Deux ans après son lancement, en février 2011, le Bitcoin a atteint la parité avec le dollar américain. Quatre mois plus tard, en juin 2011, la valeur du BC s’était multipliée par 30, dépassant les 30 $ US, pour redescendre 6 mois plus tard à 4 $ US. L’année suivante en novembre 2013, la valeur d’un Bitcoin a dépassé celle de l’once d’or à plus de 1230 $ US. Aujourd’hui, en avril 2014, sa valeur tourne autour des 500 $ US, avec un creux de 279 $ US atteint le 19 février 2014 suite au vol de plusieurs millions de dollars de Bitcoins (voir le texte plus bas). Des montagnes russes pour investisseurs avec un estomac d’acier.

Comment expliquer sa popularité?

Plusieurs marchands l’acceptent du fait des faibles taux de transaction imposés à comparer aux cartes de crédit qui elles avoisinent 2 à 3 %. La plus importante transaction jamais faite avec des Bitcoin a été pour l’achat d’une villa à Bali d’une valeur de plus de 500 000 $. Le fait que l’argent ne transite pas par une banque protège d’importants montants qui proviennent souvent de paradis fiscaux qui ont éludé les impôts et taxes de leur pays d’origine.

Blanchiment

En octobre 2013, le FBI américain a fermé le site SilkRoad, un site en ligne de transaction de marché noir et saisi 144 000 Bitcoins d’une valeur de 28,5 millions $.

Aucune protection

Il faut se rappeler que cette monnaie virtuelle n’est protégée par aucun pays, et que le vol ou la fraude impliquant cette monnaie est relativement fréquent. On se rappelle qu’en février dernier, plus de 127 000 propriétaires de BC ont été fraudés sur la plateforme Mt.Gox où plus de 745 000 BC ont été volé soit l’équivalent de 350 millions $, entraînant la faillite de ce fournisseur. Un mois plus tard, on a réussi a retrouvé mystérieusement la moitié de la somme, mais les comptes sont toujours gelés. Petit conseil d’investisseur: Alors avant de vous précipiter pour acheter des Bitcoins, assurez d’avoir sous la main une bonne ordonnance de calmants et une importante provision d’antiacides pour les brûlements d’estomac.

  • Puritain 18 avril 2014, 15:36

    200 000/750 000*100 = environ 25% et non « la moitié ». 

  • Benoit Laporte 23 avril 2014, 15:33

    Oui en effet vous avez raison. Ce n’est pas 200 000$ mais bien 200 000 BC

Laisser un commentaire :