≡ Menu

Les automobiles piratées avec des téléphones sur le web

Écoutez la chronique en fichier Mp3

 

En juillet 2015, en plein milieu des vacances et de la canicule, probablement en mal de nouvelles, tous les médias d’information affichaient cet article concernant deux pirates informatiques qui seraient parvenus à prendre le contrôle d’une automobile sur l’autoroute.

On s’imaginait alors tous en train de perdre le contrôle de notre véhicule, zigzaguant sur l’autoroute, sans possibilité de s’arrêter ou d’ouvrir les portes. Ou pire encore, être obligé d’écouter une poste de radio poubelle sans possibilité de changer de chaîne. Un vrai cauchemar.

La réalité est bien différente

Afin de pouvoir pirater une voiture, il faut que les programmes internes du fonctionnement mécanique de l’automobile soient accessibles par l’entremise d’une connexion WiFi. Il y a actuellement très peu de ces voitures équipées de ce type de connexion.

La plupart des voitures sont équipées de GPS, de module de communication ou de musique reliée à l’internet, mais le piratage de ces modules n’entraine aucun danger d’accident en cas de piratage.

La Tesla S, voiture électrique de l’avenir

Une de seules automobiles à offrir des fonctionnalités mécaniques accessibles par internet est la Tesla S, la voiture électrique californienne haut de gamme du petit génie Elon Musk.

Elle est constamment branchée à un réseau accessible par l’entremise d’une application mobile ou d’un fureteur internet. À distance, le conducteur peut voir l’état de la charge de la batterie, verrouiller les portières, actionner le klaxon, ouvrir le coffre arrière et même fermer le toit ouvrant.

Tesla a d’ailleurs engagé un pirate informatique chevronné dans le but de rendre plus sécuritaire son système informatique. Des Chinois ont même lancé sur internet un concours pour pirater la Tesla.

Les voitures de luxe récentes plus fragiles

Plusieurs autres voitures de luxe récentes possèdent certaines composantes branchées, semblables à la Tesla (Audi, Infinity et Land Rover). Ces autos haut de gamme sont plus susceptibles d’être piratées, malgré leur prix élevé et la grande qualité de leur construction.

Pour le moment, les grands manufacturiers hésitent à déployer cette technologie aux grandes marques de masse, avant qu’elles ne soient jugées totalement sécuritaires.

Sans doute que la phrase, Faisons payer les riches prends ici une tout autre signification.

Laisser un commentaire :